aASquare +1

#6/52 Cinquante nuances

Un studio de quelques centaines -voir milliers- de kilomètres carrés, une seule source de lumière, des assistants et un sujet souvent capricieux…

6/5250 nuances

C’est un peu ça la photographie de paysage. On peut avoir le coup de chance, et faire LA photo au détour d’un virage. Mais c’est un peu comme espérer tomber sur le tiercé gagnant sans connaitre les chevaux.

Pour cette image, je suis arrivé trop tard. Le temps d’aller déposer les minots à l’école, et le soleil était déjà trop haut. Le brouillard avant commencé à se dissiper. Il faudra attendre les prochaines brumes, et viser juste question horaire. Et surement sacrifier un dimanche matin – Promis chéwi, j’essaierai de ne pas oublier les croissants.

La météo, la topographie, les temps de parcours, les saisons. Tout autant de choses qui peuvent vous faire rater une image. Pour quelques minutes de trop passées à chercher le bon spot. Alors il faut savoir anticiper la lumière… et revenir, essayer encore et encore.

Je ne peux donc qu’envier, et admirer, le travail de mecs comme Colby BrownJeremy Koreski, et Chris Burkard. Combien d’heures passent-ils à crapahuter ? Combien d’essais ? Combien de temps passé sur le terrain pour en connaitre le moindre cailloux ? Ces mecs-là sont des acharnés, et surtout de putain de chanceux, dont les bureaux n’ont pas de fenêtres.

Pour vous donner une autre idée de l'ambiance ce matin-là : 

Et sinon j'ai hésité avec celle ci-dessous. C’est un très vieux monsieur, que je croise régulièrement. Il y a souvent de petits rouquins -mais du genre gentils- qui dansent dans ses cheveux, et des oiseaux qui lui refont le chignon. Parce que si mon bureau a murs et fenêtres, j’ai quand même la chance d’avoir quelque jolis coins de nature à 10 minutes. Ce n’est pas le cas de tout le monde.