aASquare +1

London Calling

Deux jours et demi pour découvrir Londres, c’est court. En déplacement professionnel, c’est beaucoup, mais alors BEAUCOUP trop court.

Mais quand c’est en hôtel quatre étoiles, pension complète, en plein coeur de la City, ca ne se refuse pas. Donc, j’ai eu le droit à un rapide aperçu de ce qu’est Londres. Et… comment dire… Londres, ca tabasse ta mère en short, tellement qu’à la fin elle en redemande. Voilà.

L.C.
L.C.

Londres c’est une micro claque à chaque coin de rue. C’est du contraste, partout, tout le temps. Dans l’architecture… un espèce de joyeux merdier ocolosses de verre et d’acier écrasent de minuscules églises en briques. Où l’inverse. C’est parfois 3 ou 4 styles architecturaux dans une seule rue. Du caviar pour les yeux.

Du contraste chez les londoniens même. Du hipster, du dandy, du sikh enturbanné, du pingouin en costard, des barbus qui, ici, finiraient fichés S en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire. Et de temps en temps une pépite qui pioche dans au moins trois styles à la foi. C’est, dans la city, voir des gens en costards ou tailleurs, tracer baskets ultra flashy aux pieds. Parait qu’ils ont les chaussures vernies qui attentent sagement au bureau. Et moi, au bout de deux jours à courir derrières mes collègues, mes « richelieu » aux pieds, je les ai envié, leurs baskets fluos !

Et puis Londres, c’est propre ! Alors forcément, avec Marseille comme référentiel, j’ai presque eu envie de manger sur les trottoirs. La contrepartie, c’est qu’il y a des caméras de partout, et certains poteaux électriques peuvent vous reprendre façon : « Merci de ramasser votre papier, little peace of shit !» - ou un truc du genre.

Ensuite, contrairement aux idées reçues,les miennes en tout cas, on y manges bien ! Enfin si vous avez un peu de sous. Parce que bon, Londres, c’est CHER. Mais c’est bon… oui mais c’est cher. 

Oui… Mais c’est bon… 

Oui… mais… (Rooooh ca va quoi ! On déconne merde).

Donc, au menu de ces deux jours et demis: 

House of Ho : Ho yeah. "Contemporary Vietnamese food". Bon, quand les mecs te servent un rouleau de printemps coupé en quatre dans une belle assiette carrée… c’est mignon. Mais sinon, c’est quand même vraiment bon ! Le lieu, une maison sur 4 étages, est atypique. C’est aussi un resto qui a le mérite de regrouper 3 des plus gros clichés de « James bond aux pays des nems ». 

  • La toute petite asiat’ à l’accueil. T’as envie de lui dire d’arrêter de s’excuser de vivre quand elle se déplace ou te parles. Et puis tu sais qu’elle cache des shurikens dans sa manche. 
  • Le gros videur, espèce de panda, épais comme moi je suis large, coincé dans un costard un peu trop petit. Je n’ai pas osé lui demander combien de chaises en bois il fallait lui casser sur la tête pour qu’il tombe. Et de toute façon James lui, le finirai d’un doigt dans l’oeil.
  • Et, cerise sur le gateau : Le serveur, oreillette et talkie, assez… voir TRES efféminé, dans son magnifique kimono en soie. Le petit blanc qui se dit «Si je me teins les cheveux en noirs, que je plisse un peu les yeux, je peux passer pour un inoffensif asiatique". Bref, tu crois qu’il est là pour ton bien être… malheureux ! Il est là pour t’espionner ! Il doit forcément y avoir un super vilain à qui il rapporte tous tes faits et gestes. J’ai bien fait gaffe à ce qu’il ne verse rien dans mon verre, le fourbe…
Donc un endroit très sympa, avec une cuisine délicieuse et raffinée… … et comme c’est trop raffiné, et que vous avez 60 Livres en poche à dépenser, bah vous allez vous finir chez Ed’s.

Ed's : Du burger, du vrai… et des milk-shakes… Le tout dans un décor très route 66. Avec la soundtrack qui va bien, et le patron adorable. Puis si vous avez un peu de temps, vous pouvez JUSTE regarder la clientèle. Spectacle garanti. C’est la foire au look et à la « gueule ». Vous pouvez être sûr d’avoir une bonne surprise avant la fin de votre troisième verre de lait remué. Et à la fin, pour le coup, vous serez calé.

Mais… 

Si le cholesterol ne vous fais pas peur, si vous avez foi en votre estomac, et surtout, surtout, si vous aimez le Barbecue: Alors vous devez passer au « Blues Kitchen ». 

Blues Kitchen : L’ambiance, le décor, la cuisine… tout y est excellent. En plus, le lundi c’est grande promo sur les ribs  de quoi s’ouvrir le ventre pour « pas grand chose ». Le lieu, aux allures d’ancien site industriel, est déjà un voyage à lui seul. Les serveurs y sont plus que sympathiques - il ne vaut mieux pas se formaliser-, et l’on reste frustré, à la fin du repas, de ne pas avoir pu tout goûter. Pour avoir plus d’infos sur le lieu, c’est par ici : http://theblueskitchen.com

Donc voilà, deux jours et demi : Le temps de se faire 3 restos, une balade sur la south banks, et d’avoir un avant goût de ce qu’offre Londres. Promis, j’y retournerais. Et ce coup-ci, je prendrais le temps de faire de vraies photos.          
L.C.
L.C.
L.C.
L.C.
L.C.